Logo

Semaine de la prévention des incendies – Connaissez-vous vraiment le 9-1-1 ?

Logo prévention Pincourt_WBAu fil des années, la technologie pour rejoindre les services d’urgence a bien évolué. Dans les premières années du téléphone, bien avant l’arrivée du téléphone à cadran, l’ensemble des appels urgents ou non devaient passer par le bureau du standardiste qui,  lorsque disponible, devait écouter votre demande et par la suite, vous brancher manuellement à l’endroit désiré. Il était donc impossible de rejoindre un service d’urgence sans l’assistance du standardiste.

Afin d’accélérer le processus, la Ville de Winnipeg, au Manitoba, fut la première en Amérique du Nord à installer en 1959, le premier système d’appel d’urgence, en utilisant le numéro 9-9-9 à l’instar de l’Angleterre. Ce n’est qu’en 1968, suivant la recommandation des chefs d’incendie, que l’Amérique du Nord se dota d’un numéro unique, soit le 9-1-1. Aujourd’hui, plus de 12 000 000 d’appels au 9-1-1 sont effectués annuellement au Canada.

La plupart des gens utiliseront le service 9-1-1 qu’une ou deux fois durant leur vie. Considérant que nous ne serons jamais des appelants expérimentés, il est donc essentiel d’avoir les informations nécessaires pour aider le répartiteur du service 9-1-1 à envoyer les secours le plus rapidement possible.

Voici quelques points pouvant faciliter cet appel important :

1. Évitez de paniquer

En situation d’urgence, il est normal d’avoir une hausse d’adrénaline. Celle-ci peut affecter votre voix, en vous faisant parler trop vite ou au contraire trop lentement, en plus d’augmenter la cadence de vos respirations. Pour vous aider, rappelez-vous que  la panique est un ennemi qui nuira à la prise d’information et à l’acheminement rapide des secours. Prendre quelques respirations profondes peut vous aider.

2. Trouvez un téléphone

Il est toujours préférable d’utiliser un téléphone avec une ligne résidentielle, il est ainsi plus facile pour le répartiteur du 9-1-1 de vous localiser. S’il s’agit d’un incendie ou d’un vol, sortez toujours du bâtiment avant
d’appeler et ne mettez jamais votre vie en danger.

3. Composez le 9-1-1

Soyez patient et ne raccrochez jamais. En situation d’urgence, les secondes peuvent paraître des minutes. Dès que vous composez le 9-1-1, vous êtes enregistré, et ce, même avant que le répartiteur ne prenne votre appel. Les appels au 9-1-1 doivent toujours être répondus. Si vous raccrochez, vous serez rappelé. Si vous ne répondez pas, le service de police se rendra chez vous afin de s’assurer qu’il n’y a aucune situation d’urgence.

4. Préparez-vous à répondre aux questions :

• Où est l’urgence? Celle-ci n’est pas toujours à proximité de l’endroit où vous appelez. Si vous n’êtes pas familier avec les lieux, soyez vigilant : notez la ville, l’adresse, le nom des rues, les intersections, le nom des commerces que vous croiserez, la sortie d’autoroute ainsi que son numéro et la direction.

• Quelle est la nature de l’urgence, avez-vous besoin des policiers, du personnel paramédical ou des pompiers? Dès ce moment de la prise d’appel, le ou les services d’urgence sont répartis, vous devez garder la ligne pour ce qui suit :

• Avez-vous des détails, que savez-vous de l’urgence? Pourquoi avez-vous besoin d’assistance (ex : personne blessée) et quelle en est la cause (ex. : accident de la route).

•  Quel est votre numéro de téléphone? Parfois le répartiteur du central 9-1-1 doit vous rappelez afin d’avoir
plus d’information sur l’endroit où vous êtes, saisissez le numéro du téléphone utilisé.

•  Identifiez-vous, quel est votre nom ainsi que l’adresse d’où provient l’appel.

• Écoutez bien le répartiteur et ayez confiance en lui. Plus vous serez efficace dans les réponses aux questions, plus les intervenants seront en mesure d’évaluer les secours à acheminer (ex. : accident de la route, victime coincée, pince de désincarcération requise, etc.).

• Ne raccrochez pas à moins que le répartiteur vous l’indique. Par exemple, dans le cas d’un incendie,  il vous demandera de donner des détails sur l’évacuation du bâtiment impliqué jusqu’à l’arrivé des pompiers.

5. Ne présumez pas que quelqu’un a appelé avant vous.

Sans appel, les services d’urgence ne se rendront pas ou seront fortement retardés. De plus, l’information additionnelle que vous transmettrez au répartiteur peut faire une différence lors d’une intervention d’urgence (ex. : le véhicule en feu est situé dans le garage adjacent à la résidence).

6. Utilisez le 9-1-1 uniquement pour les urgences requérant les policiers, le personnel  paramédical ou les pompiers.

La MRC de Vaudreuil-Soulanges s’est dotée d’un service 3-1-1 pour signaler aux municipalités toutes urgences ne menaçant pas la vie humaine et les biens (ex. : bris d’aqueduc, route endommagée, etc.).

7. Enseignez aux enfants le 9-1-1

Pratiquez sur un téléphone fictif et vérifiez s’ils comprennent l’importance d’appeler le 9-1-1 seulement lors d’une urgence.

Le 9 octobre prochain, nous vous invitons à pratiquer votre plan d’évacuation lors de l’activité « La Grande Évacuation ». N’oublier pas d’inclure la notion d’appel au 9-1-1 lorsque toute la famille rejoindra le point de rassemblement. Pour plus d’information nous vous invitons à consulter le www.on-le-fait.com ainsi qu’à venir  rencontrer les trois Services d’incendie de l’île Perrot les 11, 12 et 13 octobre prochain au Canadian Tire de Pincourt.

Stéphane Séguin Directeur adjoint du Service d’urgence et de protection incendie
514 453-8981, poste 232   s.seguin@villepincourt.qc.ca

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*