Logo

Sur le chemin de l’école

Seules sur le chemin de l'école.Dans quelques semaines, de nombreux petits écoliers se déplaceront à pied, à vélo ou en trottinette pour se rendre à l’école de leur quartier.

En fait, les enfants de 6 à 10 ans marchent plus que leurs aînés sur le chemin de l’école. À 6 ans, 24 %  des enfants sont actifs dans leurs  déplacements contre 15 % pour ceux de 16 ans.

Et les enfants des villes marchent plus que ceux des régions. Les chercheurs ont suivi les déplacements de 7 690 écoliers canadiens figurant au sein de l’enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes (ELNEJ), en cours depuis 1994.

Ils relèvent particulièrement l’influence de la situation économique. Marcher pour se rendre à l’école serait principalement le quotidien des jeunes des quartiers moins favorisés.

Marcher jusqu’à l’école

Avoir des amis d’école proches du domicile constitue aussi un bon incitatif. Et l’attitude des parents pèse dans la balance : plus les enfants vieillissent, plus ils sont autorisés à aller à l’école à vélo ou à pied.

Cependant, c’est à 10 ans que les écoliers adoptent le plus de déplacements actifs. Après, cela décline. Le transfert d’une école primaire de proximité à une école secondaire plus lointaine explique beaucoup cela. Lorsque l’école dépasse la distance de marche (1,6 km), les écoliers abandonnent.

Dommage, car marcher jusqu’à l’école constitue une occasion pour les jeunes d’être en meilleure santé. Et on sait que seul un faible pourcentage des jeunes satisfait les critères d’activité physique de Santé Canada…

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*