Logo

Un épicéa pour le solstice d’hiver : à l’origine du sapin de Noël

De nos jours, nombreux sont les salons qui hébergent un conifère pendant les fêtes.

Qu’il soit naturel ou artificiel, le sapin occupe une place importante dans les traditions de Noël. Mais d’où vient-il? De 200 à 1200 avant Jésus-Christ, le 24 décembre était considéré comme le jour de la renaissance du soleil. Les Celtes vivaient selon un calendrier basé sur les cycles lunaires, et chaque mois lunaire était associé à un arbre. L’épicéa fut celui du 24 décembre. Pour le rite païen du solstice d’hiver, un arbre-symbole de vie était décoré avec des fruits, des fleurs et du blé.

En 354, l’Église a institué la célébration de la naissance du Christ, le 25 décembre, pour rivaliser avec cette fête païenne. Au départ, Noël se résumait à la messe de la nativité. Ce serait au XIIe siècle que serait apparue la tradition du sapin en Europe. Au XIVe siècle, les décorations étaient composées de pommes, de confiseries et de petits gâteaux. À cette même époque, l’étoile au sommet de l’arbre, symbole de l’étoile de Bethléem, commença à se répandre. Ce n’est qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles que les sapins illuminés firent leur apparition.

Décorations

Qu’est-ce qu’un arbre de Noël sans ses boules? Aujourd’hui, chacun choisit la couleur de ses ornements, mais qui connaît l’origine de ces décorations populaires? Autrefois, les gens suspendaient aux branches des offrandes faites aux dieux. Cette tradition consistait à déposer des fruits et des fleurs sur le conifère. En 1858, une grande sécheresse aurait donné l’idée à un souffleur de verre de remplacer les pommes par des boules de verre. Cette coutume fut rapidement adoptée dans le monde entier. Vers 1890 vinrent les bougeoirs à pince et, de 1902 à 1914, les boules de verre et les lanternes. Les guirlandes électriques, bien que très coûteuses, commencèrent à devenir à la mode à la fin du XIXe siècle.

Après l’arbre de Noël, on a décoré les maisons autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Cette habitude de garnir nos propriétés remonte à la seconde moitié du XIXe siècle. En 1860, les marchands de Montréal offraient des feuilles de houx et des boules de gui à leurs plus importants clients. On confectionnait aussi des guirlandes de fleurs entrelacées que l’on suspendait un peu partout dans la maison, et on décorait les tables de corbeilles de fleurs séchées, en cire ou en papier. La résidence était également décorée de branches de sapin, et les fenêtres s’illuminaient de décorations d’étoiles ou de petits personnages.

Christmas tree and presents isolated on whiteLe sapin de Noël, une tradition trois fois millénaire. (Photothèque)

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*