Logo

Mode d’emploi pour pantalon blanc – Comment porter le pantalon blanc cet automne

SL13-Mode_PantalonBlanc_CMYK_WBVous pouvez très bien porter votre pantalon blanc jusqu’à la première neige. Voici quelques points de repère pour un sans-faute.

Certains vêtements sont immanqua­blement associés à une saison. Prenez l’exemple du pantalon blanc : il est présent dans pratiquement toutes les garde-robes pendant la saison estivale, mais semble disparaître dès que le mercure chute de quelques degrés. Il n’y a pas si longtemps, l’étiquette vestimentaire dictait justement de le mettre au rancart une fois les premiers jours de septembre passés.  Aujourd’hui, ce n’est pas la couleur qui est à proscrire, mais plutôt le type de tissu, car un pantalon blanc structuré, s’il n’est pas en lin ou en coton léger, peut très bien se porter jusqu’à la première tombée de neige. Après cette période, il est préférable de le ranger, pour éviter de le mettre à l’épreuve de la slush. Le blanc est aussi une couleur qui n’absorbe pas la chaleur, donc vous risquez d’être glacé s’il fait froid.

Quelques trucs

Pour pouvoir porter votre pantalon blanc pendant les prochaines semaines, voici quelques points de repère pour un sans-faute :
• Optez pour des chaussures fermées et foncées, plutôt que pâles. Par exemple, un bottillon suédé brun cognac à talon fera parfaitement l’affaire.
• Agencez votre pantalon blanc avec des  couleurs neutres ou sombres, comme du gris, du brun brique, du rouge bourgogne ou même du kaki.
• Osez la superposition de vêtements : un cardigan gris et une chemise blanche sous une veste en tweed créeront certainement un très bel ensemble avec votre pantalon blanc.
• À moins que l’item soit en matière  épaisse, style mohair ou lainage qui nous rappellent l’hiver, évitez de porter votre pantalon blanc avec des couleurs pastel, souvent synonyme des vacances au bord de la mer…
Finalement, la seule règle qui s’applique autant à l’été qu’à l’automne, c’est les sous-vêtements, qui se doivent d’être le plus invisibles possible!

Collaboration spéciale de Laureline Baril-Boisclair

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*