Logo

Étiquetage des OGM : un sujet chaud

Hungry girlEn alimentation, l’étiquetage des produits contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM) est un débat virulent. Des activistes de partout dans le monde luttent quotidiennement pour sensibiliser la population mondiale à cet enjeu.

Les administrations et dirigeants d’entreprises résistent depuis longtemps à cette pression populaire. Des questions de pouvoir, d’argent et de contrôle rendent complexe cette discussion pourtant essentielle. De leur côté, les activistes réclament le droit fondamental de savoir ce qu’ils mettent dans leur assiette.

Ce débat est doublé de nombreux échanges scientifiques et d’études contradictoires et non concluantes, posant souvent de lourdes questions éthiques. Des spécialistes jouissant d’une notoriété considérable dans leur domaine soulèvent toutefois que la consommation d’OGM peut avoir des répercussions très graves sur la santé, notamment en altérant l’ADN.

Une ouverture

Le 8 mars, l’entreprise américaine Whole Foods Market a annoncé que, d’ici 2018, tous les produits contenant des OGM vendus dans ses 300 magasins devront été identifiés comme tels. Il s’agit d’une première en Amérique du Nord. Non seulement l’entreprise étiquettera les produits contenant des OGM, mais elle travaillera également de concert avec ses fournisseurs pour qu’ils offrent de plus en plus de produits sans OGM.

Pour quand au Québec?

Selon Alain Rioux, directeur général de la Filière biologique du Québec, il est « très intéressant et positif de constater qu’une chaîne d’alimentation aussi visionnaire et aussi bien positionnée exprime une volonté ferme d’avoir plus de transparence avec les consommateurs quant à la présence ou non d’OGM dans les aliments ». Souhaitons que cette initiative fasse boule de neige et trouve écho au Canada.

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*