Logo

Le suicide n’est pas une option – Mon histoire… Témoignage

À l’âge de 19 ans, j’étais en couple avec l’homme de ma vie (je croyais!) depuis près de trois ans. Un beau jour, il m’annonce que notre ­couple ne tient plus la route et que c’est fini entre nous. Mon monde s’écroule, mon rêve de bâtir ma vie avec lui et d’avoir des enfants ­s’évapore en un claquement de doigts.

J’essaie de comprendre, je tente de lui parler, je surveille chacun de ses déplacements; il ne retourne pas mes appels, il m’ignore ­complètement. Je me retrouve dans un gouffre, ma souffrance est insup­portable. J’ai l’impression que ma vie est finie et que cette douleur ne s’arrêtera plus. Je ne mange plus, je ne dors plus, je pleure, je ­consomme de plus en plus d’alcool pour engourdir cette douleur lancinante, je ne me reconnais plus.

Ma famille tente de me changer les idées, mais je la rassure que tout va bien. Je ne montre aucunement ma profonde blessure par crainte de l’inquiéter davantage.

Mes scénarios que cet homme soit dans les bras d’une autre fille n’en ­finissent plus; la jalousie me tenaille au plus profond de mon être. L’idée du suicide m’apparaît la seule solution pour y mettre un terme. ­Jamais je ne pourrai vivre sans lui!

Je me confie à une collègue de travail qui me conseille d’en parler à des professionnels. J’hésite, car je ne crois pas qu’ils pourront m’aider. Un soir où je pleure… ­encore… à en vomir, je me ­décide à prendre le ­téléphone pour demander de l’aide. Curieusement, sans attentes, ça me fait du bien. Je me vide le cœur et lentement je décide « pour moi » de prendre une journée à la fois… Et je ­repousse l’échéance de mon passage à l’acte!

À la demande d’une intervenante du Tournant, j’ai ­décidé de parler de cette période sombre de ma vie, car aujourd’hui, à l’âge de 27 ans, je suis en couple avec un homme merveilleux rencontré il y quatre ans. Nous filons le parfait amour et nous avons un beau petit garçon d’un an…

Heureusement que j’ai ­repoussé un peu plus l’échéance pour me permettre de retrouver espoir! J’aimerais dire à tous ceux qui vivent des moments de dé­sespoir de ne pas hésiter à en parler et que cette ­souffrance va s’atténuer avec le temps et le soutien. Gardez espoir et composez le 1 866 APPELLE (277-3553). (M.J.B.)

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*