Logo

Soyez attentif aux symptômes

Les spécialistes invitent les parents à se montrer observateurs de tous changements drastiques chez leurs enfants

Les spécialistes invitent les parents à se montrer observateurs de tous changements drastiques chez leurs enfants

L’année scolaire est parfois une période stressante pour les parents comme pour les jeunes. L’adaptation à un nouvel horaire et à de nouveaux enseignants et les nouveaux défis à relever peuvent parfois accentuer les problèmes de santé mentale.

Au Canada, les données indiquent qu’environ 5 % des jeunes garçons et 12 % des jeunes filles ayant entre 12 et 19 ans ont connu un épisode dépressif majeur. Durant cette période éprouvante de l’année, il est particulièrement important de connaître l’état d’esprit de votre adolescent. Voici quatre symptômes liés à la dépression et à surveiller chez les jeunes, selon le guide destiné aux parents et publié par Partenaires pour la santé mentale.

Perte d’intérêt pour la vie et les activités

Si votre jeune se désintéresse des activités de tous les jours ou des jeux qu’il aimait, ou qu’il les évite complètement, il est peut-être aux prises avec un problème de santé mentale, comme une dépression.

Changements de comportement

Les changements dans les habitudes alimentaires ou dans le rythme du sommeil révèlent parfois la présence d’un problème. Les symptômes peuvent être variés : l’adolescent peut se suralimenter ou cesser pratiquement de manger, rester coucher durant de longues heures ou ne dormir que très peu.

Consommation de drogues ou d’alcool

Un comportement plus insouciant, y compris la consommation de drogues et d’alcool, peut aussi annoncer un problème de santé mentale. Discutez avec votre enfant et assurez-vous qu’il a une attitude saine à l’égard des drogues et de l’alcool.

Changement de personnalité

Si vous remarquez un brusque changement de personnalité chez votre jeune, ou si son estime de soi est au plus bas, vous n’avez peut-être pas seulement affaire à une saute d’humeur classique de l’adolescence.

Si vous êtes à l’affût des signaux annonciateurs d’un problème de santé mentale, comme la dépression, et si vous êtes ouvert au dialogue avec votre adolescent, vous disposez là de deux moyens pour aider votre jeune et pour prévenir les problèmes et le suicide. Toutefois, gardez à l’esprit que même si vous remarquez l’un ou l’autre de ces changements, cela ne veut pas nécessairement dire que votre adolescent a une maladie mentale, mais vous devez envisager de consulter un professionnel pour connaître son opinion et, au besoin, obtenir de l’aide.

Vous trouverez d’autres renseignements dans le guide gratuit destiné aux parents publié par l’organisme national de bienfaisance Partenaires pour la santé mentale, à l’adresse www.presentpourtoi.ca.

Vous aimerez également

 

<<